Views
3 years ago

MOTOREX Racing Report 2014 FR

  • Text
  • Monde
  • Saison
  • Championnat
  • Titre
  • Pilote
  • Lors
  • Victoire
  • Racing
  • Podium
  • Courses
  • Motorex
MOTOREX Racing Report 2014 FR

CAR BLANCPAIN ENDURANCE

CAR BLANCPAIN ENDURANCE SERIES EMIL FREY RACING TEAM – UN POTENTIEL RÉEL 2014 pourra être considérée comme l’année ou le Team Emil Frey Racing aura démontré que la Jaguar XK préparée par son équipe, la seule voiture de course au monde développée en privé pour le GT3, pouvait s’intercaler sur le devant de la scène dans cette catégorie en plein essor. L‘équipe réunie autour de Fredy Barth a fêté le plus grand succès de sa carrière à l‘occasion du dernier rendez-vous de la saison de la Blancpain Endurance Series, les 1000 km du Nürburgring. Parmi les 40 voitures de sport engagées, l‘équipage 100% helvète composé des pilotes Fredy Barth, Lorenz Frey et Gabriele Gardel a fini neuvième de sa catégorie face à des écuries très expérimentées. Dans le classement par équipe, le team termine également la saison à la neuvième place, à l‘issue de trois courses de trois heures (Monza/Italie, Silverstone/ Angleterre et Le Castellet/France), des 24 heures de Spa-Francorchamps/Belgique et des 1000 kilomètres du Nürburgring/Allemagne. Fredy Barth tire donc un bilan positif après cette dernière course du Nürburgring: «Nous étions le seul préparateur privé au départ parmi ces professionnels chevronnés. Nous pouvons en être fiers. Nous avons pu suivre le rythme avec des temps au tour compétitifs. Notre Jaguar GT3 Emil Frey s‘est très bien comportée, et ceci est très motivant pour l‘avenir.» ETCC UNE SAISON RÉUSSIE ET UNE COUPE PROCAR POUR RIKLI L‘écurie de course de Wangen an der Aare fait désormais partie des habitués du Championnat d‘Europe des voitures de tourisme. Et 2014 lui a plutôt bien réussi sur le plan international. La Honda Civic FD que pilotent aussi bien Peter Rikli qu‘Andrina Gugger a encore été améliorée, mais elle ne pouvait bien entendu pas rivaliser avec les BMW taillées pour les championnats du monde. Malgré tout, Peter Rikli s‘est adjugé quatre podiums. Au final, il se classe même troisième de sa catégorie au général parmi 14 pilotes, devenant ainsi le meilleur pilote non BMW. La série DTC/Procar en Allemagne fut un beau moment pour l‘équipe. Sur le Nürburgring, Peter Rikli a remporté deux épreuves et son coéquipier Dario Pergolini du Liechtenstein a lui aussi marqué des points. «Je suis heureux que nous repartions avec une coupe Procar une nouvelle fois», confiait Rikli, rayonnant, qui espère en remporter beaucoup d‘autres. Andrina Gugger, qui continue de progresser en voiture de tourisme, a réalisé de bons temps au tour, mais de nombreux soucis mécaniques l‘ont empêchée d‘accéder au podium. Enfin, une troisième place au final, ce n‘est pas si mal. «Nous pouvons partir pour la pause hivernale la tête haute. Malgré un poids qui nous désavantage par rapport à d‘autres véhicules de même catégorie, nous nous sommes très bien battus avec une voiture de course développée par nousmêmes», explique Peter Rikli. 22

CAR WEC, LMP1 LE TITRE DE CHAMPION DU MONDE REVIENT À BUEMI Enfin une voiture au top! On peut deviner ce qu‘a pensé l’ambassadeur vaudois de la marque MOTOREX à l‘ouverture de la saison du championnat du monde d‘endurance (WEC) à Silverstone. Sur 55 courses de Formule 1 disputées avec l‘écurie Toro Rosso entre 2009 et 2011, il avait plafonné à deux septièmes places. Après son passage en voiture de sport et en équipe LM P1 de Toyota, ses résultats se sont constamment améliorés à partir de 2012. Et cette année, les efforts ont porté leurs fruits dès le début de la saison: parce que la Toyota s‘est avérée la voiture dominante en cette première année d‘application du nouveau règlement sur l‘efficience, les deux premières courses à Silverstone et à Spa-Francorchamps se sont soldées par deux victoires. Partis grands favoris des 24 heures du Mans, un accident met fin à tous les espoirs de victoire. Après réparation, Buemi et ses coéquipiers Anthony Davidson et Nicolas Lapierre se classent tout de même troisièmes. Après une nouvelle 3e place acquise sous des trombes d‘eau à Austin, la troisième victoire de la saison lors de l‘épreuve à domicile pour Toyota à Fuji a remis Buemi et Davidson sur le chemin du titre de champion du monde, titre qui leur a finalement été assuré lors de l’avant-dernière manche de la saison. ELMS LE TITRE ELMS LM P2 2015 EN POINT DE MIRE Avant même le début de la saison, l‘équipe de Marly FR comptait déjà parmi les meilleures des European Le Mans Series (ELMS). Mais cette année, le bolide bleu LM P2 du team de Benoît Morand a confirmé être l‘un des plus redoutables. La première victoire est à portée de main dès la deuxième course des ELMS à Imola. Mais quelques minutes avant la fin de l‘épreuve de quatre heures, Christian Klien, ex-pilote de F1, est victime d‘un dommage mécanique alors qu‘il est en tête. La consécration viendra lors de l‘avant-dernière course au Castellet, dans le sud de la France: Klien, le Suisse Gary Hirsch et Pierre Ragues dominent la course et offrent à Morand sa première victoire ELMS. La superbe saison est couronnée par une deuxième place lors du dernier rendez-vous à Estoril et une troisième place au championnat. Sans la panne à Imola, l‘équipe aurait été sacrée championne. Rien d‘étonnant donc à ce que Benoît Morand ait été nommé «homme de l‘année» de la compétition par ses pairs des ELMS. L‘objectif pour 2015 est clair: avancer d‘un petit pas et décrocher le titre ELMS. Et avec un peu de chance, cela suffira peut-être pour bien se classer lors des célèbres 24 heures du Mans, dans le cadre du championnat du monde d‘endurance (WEC). En 2014, Morand Racing s‘est classé 6e sur 17 équipes LM P2, pour une belle 10e place au général. © Photo: P. Savet / VSA REMUS F3 POKAL LA COUPE POUR THOMAS AMWEG Cette année, Thomas Amweg aura marqué la coupe Remus Formule 3 de son empreinte. Sur les 14 courses figurant au calendrier de la saison, le pilote de 29 ans originaire d‘Ammerswil dans le canton d‘Argovie en remporte dix. Il aurait même sans doute pu en inscrire davantage à son palmarès puisqu‘il n‘était pas au départ des épreuves 9 et 10 de Brno, en République tchèque. Donc vu sous cet angle, seules deux victoires lui ont échappé: la deuxième, au Red Bull Ring, et la première, à Hockenheim. Ce qui ne l‘a pas empêché de finir sur le podium des deux compétitions. Au final, Amweg totalise ainsi 283 points. Le Polonais Jakub Smiechowski qui arrive deuxième est loin derrière, avec 156 points. Le titre était déjà donc acquis pour Amweg dès l‘avant-dernière course de la saison à Imola. © Photo:Urs Gehrig 23

MOTOREX PORTRAIT

MOTOREX MAGAZINE

MOTOREX Magazine - Deutsch

MOTOREX Magazine - Français

MOTOREX Magazine - English

BROCHURES