Views
2 years ago

MOTOREX Magazine 2019 114 FR

  • Text
  • Motorex
  • Lubrifiants
  • Moteur
  • Ainsi
  • Janvier
  • Produits
  • Moteurs
  • Haute
  • Wacker
  • Neuson
MOTOREX Magazine 2019 114 FR

REPORTAGE SUITE Bernard

REPORTAGE SUITE Bernard Bussy, le manager (à g.), et Daniel Aquilon, le constructeur, dans leur showroom. Tout comme l’original, le piston en alliage léger du moteur Testarossa miniature possède deux segments de compression et un segment racleur. « La construction des moteurs miniatures est une pure passion, sans le moindre but commercial. » maires – une perceuse à colonne, une table croisée et un petit tour – il construit des moteurs miniatures parfaitement fonctionnels. Sa collection comprend notamment un moteur Stirling à air chaud, plusieurs moteurs quatre temps, du monocylindre au douze cylindres à plat, en V ou en ligne, un monocylindre diesel et même un moteur en étoile à 14 cylindres. Bernard Bussy QUAND UN CONSTRUCTEUR RENCONTRE UN COMMUNICATEUR Daniel Aquilon et Bernard Bussy se sont connus en 2002, tout à fait par hasard. À l’époque, Daniel travaillait sur son premier douze cylindres, le légendaire moteur Ferrari® V12 ouvert à 60° conçu par l’ingénieur Gioacchino Colombo, avec un arbre à cames en tête par rangée de cylindres, trois carburateurs, deux soupapes par cylindre et lubrification carter humide. Bernard, qui avait déjà la mécanique dans le sang, fut immédiatement conquis par le hurlement strident du V12. Ainsi naquit l’idée de présenter les merveilleuses miniatures de Daniel à un large public, sous le nom de Motorconcept. UN DOUZE-CYLINDRES POUR SES 60 ANS! Daniel termina son V12 pratiquement le jour de son 60 e anniversaire. Sa réalisation fit sensation! Alors pourquoi s’arrêter en si bon chemin? Bernard avait déjà pour lui une idée de défi encore plus fou: le V12 à plat conçu par Mauro Forghieri, utilisé pour la première fois en compétition dans la Ferrari® 512 F1 de 1964 à 1965. Ce moteur allait connaître par la suite plusieurs évolutions et, de 1976 à 1996, il équipera les modèles de série 365 GT4/BB, BB 512, BB 512i, et Testarossa 512 TR et 512 M. Si dans le 12

Daniel prend les mesures d’un moteur « grandeur nature » d’une Ferrari ® 512 TR. « Dans le cas du V12 Colombo, le vilebrequin a été la pièce de résistance. » Daniel Aquilon cas du V12 Colombo le vilebrequin avait été la pièce de résistance, sur le nouveau V12 par contre, les culasses à quatre soupapes par cylindre, commandées par des arbres à cames entraînés par courroie crantée, et l’injection électronique représentaient les difficultés majeures. Comme son grand frère, le 512 TR miniature est lubrifié par un carter sec. Daniel l’a construit en deux ans à peine, et plus de 4000 heures de travail. Taille réelle du vilebrequin miniature LA PRÉCISION JUSQUE DANS LE MOINDRE DÉTAIL La miniaturisation connaît toutefois certaines limites, car il n’est pas toujours possible de fabriquer une pièce à l’échelle exacte. Ainsi, si les bougies – que Daniel fabrique aussi lui-même – étaient miniaturisées à l’échelle exacte, l’écart entre l’électrode centrale et l’électrode masse serait trop faible et l’étincelle ne pourrait plus se produire. C’est pourquoi elles ont une échelle légèrement supérieure, bien que rien ne les dis- MOTOREX MAGAZINE 114 I JANVIER 2019 13

MOTOREX PORTRAIT

MOTOREX MAGAZINE

MOTOREX Magazine - Deutsch

MOTOREX Magazine - Français

MOTOREX Magazine - English

BROCHURES