Views
3 years ago

MOTOREX Magazine 2015 104 FR

  • Text
  • Motorex
  • Monteverdi
  • Kawasaki
  • Moteur
  • Moteurs
  • Ainsi
  • Lubrification
  • Produits
  • Huiles
  • Racing
MOTOREX Magazine 2015 104 FR

REPORTAGE Grand-Prix-MBM

REPORTAGE Grand-Prix-MBM de Formule 1 1961 La Suisse ne véhicule pas vraiment l’image d’une nation typique de la construction automobile. Ce qui n’a pas empêché quelques idéalistes et autres bricoleurs de marquer l’histoire de la voiture dans notre pays, à côté de nombreux constructeurs nettement plus importants! C’est le cas de Peter Monteverdi de Binningen, près de Bâle. Et comme cela est souvent le cas avec les grands talents, ce n’est que des années après leur trépas qu’ils récoltent la gloire pour leur créativité. Aujourd’hui, les voitures de Peter Monteverdi sont des pièces de collection recherchées dans le monde entier. Visitez le musée Monteverdi sur YouTube Peter Monteverdi est né le 7 juin 1934 à Binningen, près de Bâle, où il décèdera le 4 juillet 1998. Binningen, là même où se trouve aujourd’hui le Musée Monteverdi, aménagé dans l’ancien siège de l’entreprise. Le père de Peter Monteverdi, Rosolino Monteverdi, dirigeait un garage de voitures et de camions, métier qui enthousiasma d’emblée le jeune Monteverdi. Et sa carrière est désormais toute tracée: il veut devenir mécanicien sur automobile et se forme chez le constructeur de camions Saurer à Arbon, une entreprise suisse. A 16 ans, le jeune mécanicien réalise ensuite son premier rêve: construire le roadster Monterverdi Special à partir d’une Fiat Balilla accidentée. SA PROPRE ENTREPRISE À 20 ANS Le père de Monteverdi meurt subitement en 1954 et Peter prend immédiatement sa succession. Il se sent également attiré par le sport automobile. Après ses premières courses couronnées de succès en Suisse, il crée la marque MBM (Monteverdi Binningen Motors) 10

MBM-Tourismo 1961 Peter Monteverdi Production 1969 Images: M. Zumbrunn, Archives Monteverdi et A. König Salon international de l'automobile de Genève 1976 High Speed 375 L et 375 S 1968 et lance la production de son propre biplace sport (MBM Tourismo) et, plus tard, d’une série de voitures Formule Junior. Ses activités sportives ainsi que ses bonnes connaissances techniques le feront rapidement connaître bien au-delà de la scène de la course automobile. Suffisamment en tout cas pour être remarqué par Enzo Ferrari, qui propose au dynamique Bâlois de commercialiser ses véhicules. Le saut dans la Formule 1 permet également à Peter Monteverdi de se profiler avec son propre bolide de course maison. Le châssis et la carrosserie sont signés Monteverdi, tandis que le moteur est un Porsche, capable de propulser la voiture Formule 1 à quelque 290 km/h. Après une centaine de courses internationales, c’est l’accident sur le circuit de Hockenheim en Allemagne; un accident qui lui causera de graves blessures et qui marquera la fin de sa carrière de pilote de course. GT DE CLASSE SUPÉRIEURE Monteverdi se concentre désormais sur la construction de voitures de course MBM, son atelier de réparation et son commerce. L’entreprise tourne à plein régime, au point où Monteverdi est contraint de faire construire un nouveau site en 1961, qui sera érigé au 14 de l’Oberwilerstrasse à Binningen et qui comportera des locaux de vente. Un programme de vente, où l’on trouve, outre Ferrari, également BMW à partir de 1965. Les affaires marchent bien. A tout le moins jusqu’à la rupture avec Ferrari, qui a lui aussi son caractère. Désormais sans représentation de Ferrari, le jeune constructeur se sent motivé par l’idée de lancer sa propre Gran Tourismo. Il contacte le designer italien et constructeur de carrosseries Pietro Frua et lui parle de ses idées. Le résultat, une High Speed 375 S biplace, sera de toute beauté. Les deux partenaires se mettent d’accord: Monteverdi se charge du «rolling chassis», un cadre tubulaire en profilés carrés, Désormais sans représentation de Ferrari, le jeune constructeur se sent motivé par l’idée de lancer sa propre Gran Tourismo. tandis que Frua s’occupe de la carrosserie et de l’aménagement intérieur. En tant qu’importateur Jensen (depuis 1963), Monteverdi reprend de nombreux composants de la marque: le moteur V8 Chrysler de 7,2 litres (380 CV), une boîte de vitesses mécanique ZF et un essieu arrière DeDion avec freins à disque. MOTOREX MAGAZINE 104 I AVRIL 2015 11

MOTOREX PORTRAIT

MOTOREX MAGAZINE

MOTOREX Magazine - Deutsch

MOTOREX Magazine - Français

MOTOREX Magazine - English

BROCHURES