Views
9 months ago

MOTOREX Magazine 2012 96 FR

  • Text
  • Motorex
  • Schilter
  • Hydraulique
  • Corex
  • Vapeur
  • Huile
  • Hydrauliques
  • Ainsi
  • Lubrification
  • Produits
MOTOREX Magazine 2012 96 FR

REPORT (SUITE) La

REPORT (SUITE) La récolte est ramassée par la chargeuse Schilter LT 2 avant l'essieu avant, d'où un avantage de taille pour la propreté du fourrage. Schilter présenta le premier UT (tracteur universel) avec son nouveau concept de traction intégrale à l‘exposition DLG de 1972. Trois exemplaires seulement du gros tracteur de sécurité ST 11000 A ont été construits. D’une puissance de 110 ch, il se négociait en 1975 pour 68 800 francs. faucheuses à un essieu avec remorque à essieu central. L’invention des frères Schilter fut ensuite déposée à Berne en février 1959 sous le numéro de brevet 342094. Quelques mois à peine plus tard, Thomas Schilter essayait déjà un autre véhicule: le premier tracteur de charge à quatre roues motrices, pour lequel il développa en parallèle un essieu moteur directionnel. Les quatre grandes roues, toutes pareilles, et la répartition de poids idéale constituaient d’autres facteurs de succès déterminants de ce transporteur, fabriqué ensuite en série sous le nom de Schilter LT 1. PLUS D’ESPACE, DE PERSONNEL ET DE MODÈLES Pour Thomas Schilter, le développement de l’ancêtre des Schilter le fit entrer dans une nouvelle tranche de vie au plan entrepreneurial. Le premier coup de pelle pour la nouvelle fabrique et l’immeuble d’habitation à la Stansstadstrasse fut donné en automne 1959. Thomas (chef d’entreprise) En 1964, l’entreprise comptait déjà 43 ouvriers et la production s’élevait à 300 véhicules. C’est d’ailleurs là que l’expansion a réellement démarré. Pour répondre à la demande constante de nouveautés, l’assortiment s’étoffait en con tinu, alors que la fabrique s’agrandissait au fil des ans avec la construction de l’Atelier Sud (1964), la nouvelle Usine 1 (1969) et l’Usine 2 (1971) dans le Galgenried. PAS SEULEMENT L’ŒUVRE DU JUNIOR Thomas Schilter a su correctement reconnaître les besoins des paysans de montagne et leur ouvrir une voie libératrice vers la mécanisation grâce à ses développements. Qu’il s’agisse du Schilter LT1, du Junior, du TR 1000, TR 1500, TR 2000 ou du TR 3000: le travail astreignant des agriculteurs a été considérablement allégé avec les appareils de la maison Schilter. En 1967, l’entreprise se lança également dans le développement des machines forestières et des outils portés. Toujours améliorer et développer sans cesse, tel était le fondement de Schilter. et ses frères Karl (vente) et Josef Schilter (atelier/fabrication) furent littéralement submergés par les demandes et les commandes. Bien malgré eux, de nombreux travaux durent être sous-traités. Un réseau de revendeurs fut créé de manière ciblée pour tout le territoire suisse, tandis que des contacts étaient noués avec les pays limitrophes. LE TRACTEUR UNIVERSEL La recherche perpétuelle de nouvelles solutions techniques visant la perfection connut son apogée en 1972 avec le nouveau vaisseau amiral UT 7200, pour «Universal Tractor», à savoir un tracteur pour terrains pentus, à quatre roues motrices et directrices. Il était en outre capable d’entraîner simultanément, via des arbres de force, des outils montés à l’avant et à l’arrière, p. ex. une motofaucheuse devant et une chargeuse tractée derrière. Cette réalisation fit sensation lors de plusieurs expositions, Schilter pou- 12

Une vaste communauté d’admirateurs s’est constituée autour de la marque Schilter. Photo prise à la 4 e Rencontre en 2003 à Küssnacht am Rigi. De nombreux détenteurs de Schilter les utilisent encore chaque jour. Chez Ueli Bühler, responsable fournitures chez Ducrey AG, la plupart des pièces de rechange sont encore en stock! vant ainsi réitérer ses succès d’antan avec sa gamme UT et exporter de tels véhicules jusqu’en Scandinavie. NUAGES SOMBRES POUR SCHILTER L’entreprise connut une croissance fulgurante, mais aussi des problèmes de qualité par une mise en production trop accélérée alors que sévissait la première crise pétrolière (1973/1974). L’agriculture dans son ensemble étant aussi en phase de restructuration, l’effondrement du marché était inéluctable. Du fait du financement par emprunt, la banque tenait le couteau par le manche, de sorte que Schilter fut entièrement repris par la Banque Cantonale de Nidwald le 1 er mai 1975. Ainsi débutèrent des temps difficiles pour le fondateur de la société. Une espèce de «bouée de sauvetage», sous la forme du Schilter ST peu onéreux fut présenté à l’Olma de 1975, qui ne put cependant sauver la situation. En janvier 1976, Thomas Schilter mit fin à sa relation de travail et suivit son propre chemin. SCHILTER – GÉNIAL À CE JOUR ENCORE Produire des véhicules agricoles de manière rentable représente véritablement un grand défi. Les idées géniales de Thomas Schilter ont pourtant survécu jusqu’à aujourd’hui. Thomas Schilter et une petite équipe ont d’un côté continué de fabriquer différents véhicules, quelques constructeurs reprenant pour leur part les idées du pionnier de la montagne. L’entreprise Barmettler à Buochs produit officiellement depuis 1992 des véhicules désormais baptisés Schiltrac, qu’elle a sensiblement perfectionnés. Le Schiltrac 92 F proposé aujourd’hui à la vente est probablement le meilleur successeur du Schilter et le plus accompli technologiquement parlant! Pour se faire une idée du nombre d’enthousiastes réunis autour de la marque Schilter, il suffit – outre les quelque 6500 véhicules existant encore en Suisse – d’évoquer l’engouement croissant qu’elle suscite encore et les anciens Schilter, toujours plus nombreux, restaurés dans ce pays et à l’étranger. Depuis 1997, il existe en Suisse un Schilterclub et un spécialiste Schilter expérimenté auprès de la maison Ducrey AG à Küssnacht am Rigi, en possession d’un grand nombre de pièces de rechange et d’un vaste savoir. Tout ceci permet aux réalisations de Thomas Schilter et famille de perdurer. • Vous trouverez d’autres informations intéressantes sous: • Livre consacré à Thomas Schilter www.fm-modellbau.ch • Schilter-Club Suisse www.schilterclub.ch • Pièces de rechange/réparations www.schilterersatzteile.ch • Construction véhicule Schiltrac www.schiltrac.ch • Exposition Schilter/Motrac du 28.07. au 05.08.2012 www.verkehrshaus.ch au Musée des Transports Lucerne Exposition Schilter et Motrac Photo: Schiltrac, Buochs motorex Magazine I JUILLET 2012 13

MOTOREX MAGAZINE

MOTOREX Magazine - Deutsch

MOTOREX_Magazine_2017_110_de
MOTOREX_Magazine_2017_109_de
MOTOREX_Magazine_2016_108_de
MOTOREX_Magazine_2016_107_de
Racing_Report2015_de_web
MOTOREX_Magazine_2015_106_de
MOTOREX_Magazine_2015_105_de
MOTOREX_Magazine_2015_104_de
Racing_Report_2014_de
MOTOREX_Magazine_2014_103_de
MOTOREX_Magazine_2014_102_de
MOTOREX_Magazine_2014_101_de
Racing_Report_2013_de
MOTOREX_Magazine_2013_99_de
MOTOREX_Magazine_2013_98_de
MOTOREX_Magazine_2013_100_de
MOTOREX_Magazine_2012_97_de
MOTOREX_Magazine_2012_96_de
MOTOREX_Magazine_2012_95_de
broschuere_Racing_Deutsch_2011
MOTOREX_Magazine_2011_94_de
MOTOREX_Magazine_2011_93_de
MOTOREX_Magazine_2011_92_de
MOTOREX Magazine 2010 91 DE
MOTOREX Magazine 2010 90 DE
MOTOREX Magazine 2010 89 DE
MOTOREX_Magazine_2009_88_de
MOTOREX_Magazine_2009_87_de
MOTOREX_Magazine_2009_86_de
MOTOREX_Magazine_2008_85_de
MOTOREX_Magazine_2008_84_de
MOTOREX_Magazine_2008_83_de
MOTOREX_Magazine_2007_82_de
MOTOREX_Magazine_2007_81_de
MOTOREX_Magazine_2007_80_de
MOTOREX_Magazine_2006_79_de
MOTOREX_Magazine_2006_78_de
MOTOREX_Magazine_2006_77_de
MOTOREX_Magazine_2004_73_de
MOTOREX_Magazine_2004_72_de
MOTOREX_Magazine_2004_71_de
MOTOREX_Magazine_2003_70_de
MOTOREX_Magazine_2003_69_de
MOTOREX_Magazine_2003_68_de
MOTOREX_Magazine_2002_67_de
MOTOREX_Magazine_2002_66_de
MOTOREX_Magazine_2002_65_de
Motorex_Revue_1981_01_defr

MOTOREX Magazine - Français

MOTOREX Magazine 2018 113 FR
MOTOREX Magazine 2018 112 FR
MOTOREX Magazine 2018 111 FR
MOTOREX Magazine 2017 110 FR
MOTOREX Magazine 2017 109 FR
MOTOREX Magazine 2016 108 FR
MOTOREX Magazine 2016 107 FR
MOTOREX Racing Report 2015 FR
MOTOREX Magazine 2015 106 FR
MOTOREX Magazine 2015 105 FR
MOTOREX Magazine 2015 104 FR
MOTOREX Racing Report 2014 FR
MOTOREX Magazine 2014 103 FR
MOTOREX Magazine 2014 102 FR
MOTOREX Magazine 2014 101 FR
MOTOREX Racing Report 2013 FR
MOTOREX Magazine 2013 99 FR
MOTOREX Magazine 2013 98 FR
MOTOREX Magazine 2013 100 FR
MOTOREX Magazine 2012 97 FR
MOTOREX Magazine 2012 96 FR
MOTOREX Magazine 2012 95 FR
MOTOREX Racing Report 2011 FR
MOTOREX Magazine 2011 94 FR
MOTOREX Magazine 2011 93 FR
MOTOREX Magazine 2011 92 FR
MOTOREX Magazine 2010 91 FR
MOTOREX Magazine 2010 90 FR
MOTOREX Magazine 2010 89 FR
MOTOREX Magazine 2009 88 FR
MOTOREX Magazine 2009 87 FR
MOTOREX Magazine 2009 86 FR
MOTOREX Magazine 2008 85 FR
MOTOREX Magazine 2008 84 FR
MOTOREX Magazine 2008 83 FR
MOTOREX Magazine 2007 82 FR
MOTOREX Magazine 2007 81 FR
MOTOREX Magazine 2007 80 FR
MOTOREX Magazine 2006 79 FR
MOTOREX Magazine 2006 78 FR
MOTOREX Magazine 2006 77 FR
MOTOREX Magazine 2005 76 FR
MOTOREX Magazine 2005 75 FR
MOTOREX Magazine 2005 74 FR
MOTOREX Magazine 2004 73 FR
MOTOREX Magazine 2004 72 FR
MOTOREX Magazine 2004 71 FR
MOTOREX Magazine 2003 70 FR
MOTOREX Magazine 2003 69 FR
MOTOREX Magazine 2003 68 FR
MOTOREX Magazine 2002 67 FR
MOTOREX Magazine 2002 66 FR
MOTOREX Magazine 2002 65 FR
MOTOREX Revue 1981 01 DE

MOTOREX Magazine - Svenska

MOTOREX Magazine - English

Racing_Report_2014_en
14_0471_MOT_Magazine102_EN_RGB
14_0053_MOT_Magazine101_EN
MOTOREX Magazine 2009 88 EN
MOTOREX Magazine 2009 87 EN
MOTOREX Magazine 2009 86 EN
MOTOREX Magazine 2008 85 EN
MOTOREX Magazine 2008 83 EN
MOTOREX Magazine 2007 81 EN
MOTOREX Magazine 2007 80 EN
MOTOREX Magazine 2006 79 EN
MOTOREX Magazine 2006 78 EN
MOTOREX Magazine 2006 77 EN
MOTOREX Magazine 2005 76 EN
MOTOREX Magazine 2005 75 EN
MOTOREX Magazine 2005 74 EN
MOTOREX Magazine 2004 73 EN
MOTOREX Magazine 2004 72 EN
MOTOREX Magazine 2004 71 EN
MOTOREX Magazine 2003 70 EN
MOTOREX Magazine 2003 69 EN
MOTOREX Magazine 2003 68 EN
MOTOREX Magazine 2002 67 EN
MOTOREX Magazine 2002 66 EN
MOTOREX Magazine 2002 65 EN

MOTOREX Magazine - Deutsch (Österreich)

BROCHURES