Views
3 years ago

MOTOREX Magazine 2010 90 FR

  • Text
  • Motorex
  • Tracteurs
  • Produits
  • Josef
  • Amweg
  • Frey
  • Lors
  • Toujours
  • Moteur
  • Niemann
MOTOREX Magazine 2010 90 FR

INSIDE La production

INSIDE La production d’aérosols a énormément gagné en flexibilité depuis que l’on n’utilise plus des boites imprimées mais des bombes neutres qui sont étiquetées sur la chaîne. REMPLISSAGE DES AÉROSOLS MODERNISÉ: DES SPRAYS À LA CHAÎNE Cette modernisation intégrale et un contrôle de qualité à nouveau amélioré permettent à MOTOREX de produire ses sprays de manière beaucoup plus efficace. Une performance magistrale à bien des égards, car la production sans risque d’explosion exige également, outre une infrastructure ultramoderne, beaucoup de savoir et d’habileté du personnel. Nous avons suivi pour vous les étapes de la production. Utiliser ses propres installations pour produire également de manière flexible des produits en aérosols, ou sprays, est conforme à l’idéologie de MOTOREX, l’un des rares producteurs en Suisse dans le domaine chimicotechnique à produire des sprays de A à Z sur son site de Langenthal. Les substances actives y sont mélangées et transformées selon les recettes rigoureuses du laboratoire pour être ensuite acheminées directement, ou depuis le stock, en conteneurs de 1000 litres vers les locaux de remplissage des aérosols. 95 SORTES DIFFÉRENTES DE SPRAYS Quelque 95 produits différents sous la forme de sprays sont fabriqués chez MOTOREX, que l’on retrouve dans des bombes d’une contenance de 50 à 750 ml. D’autres entreprises recourent parallèlement au savoir-faire du service de remplissage des aérosols, de sorte que MOTOREX travaille régulièrement comme sous-traitant. Etant donné la multitude de variétés, le défi est de taille du point de vue logistique. Une fois les récipients vides acheminés par palettes au local de remplissage, en attente devant la bande transporteuse, la chaîne de production préparée selon une check-list clairement structurée peut être mise en route. REMPLISSAGE À L’ABRI DES EXPLOSIONS Désormais, l’installation de remplissage automatique et le conteneur d’ingrédients se trouvent dans des locaux séparés. Au travers de petites fentes dans la paroi, genre meurtrières, la bande transporteuse convoie les récipients vides vers la station de remplissage, où leur contenu est exactement dosé. Vient ensuite le bordage de la bombe avec la valve de pulvérisation et le tube d’aspiration. Le gaz propulseur, soit un mélange naturel de butane/ propane (gaz naturel sans CFC) est ajouté à partir d’un réservoir central. La bombe de spray pleine passe ensuite par un système de pesée automatique, où son poids est comparé avec les valeurs de consigne prescrites. 14

1) Le chargement en temps opportun de la bande transporteuse de récipients vides se fait à la main. Ceci permet d’écarter d’éventuelles bombes endommagées avant le remplissage. 2) Dans l’automate de remplissage protégé des explosions, les bombes reçoivent le contenant, la valve et le gaz propulseur automatiquement sans intervention humaine. 3) Les sprays remplis passent ensuite par un système de contrôle du poids qui vérifie pour chacun les valeurs de consigne prescrites. 5) Du fait de leurs couvercles, les produits finis en sprays ne peuvent être emballés que manuellement. UNE VALVE DE PULVÉRISATION APPROPRIÉE Une tête de vaporisation adéquate est ensuite posée en fonction du produit, puis la bombe de spray est dirigée vers la machine à étiqueter. Une grande avancée logistique est constituée par le recours à des bombes en tôle nue avec étiquetage ultérieur. Auparavant, il était fait usage de récipients imprimés, ce qui limitait fortement la flexibilité de l’installation. Selon le marché de destination, il est tenu compte des versions de langue requises avec, sur demande, des étiquettes portant des indications spéciales. Une station de marquage à jet d’encre imprime sur chaque bombe le poids, la date et le numéro du lot. PAS LA FIN DU TRAVAIL À LA MAIN Malgré la grande part d’automatisation, le travail à la main subsiste. De nombreux travaux de contrôle et de complément des bombes continuent d’être faits manuellement. La pose des couvercles avec le tube-rallonge sur la machine à emboîter en fait partie. Les couvercles eux-mêmes sont posés à la machine par pression sur la bombe. Les auxiliaires pratiques sont maintenant prêts pour leur conditionnement final dans des cartons avec code individuel. Là encore, un travail fait à la main. Puis les cartons sont chargés sur des europalettes selon un schéma d’emballage prescrit et entourés d’un pelliculage de protection. UNE COOPÉRATION RÉUSSIE Tels des sportifs bien synchronisés, les membres de l’équipe de remplissage des aérosols agissent avec cohésion – toujours là au bon moment et au bon endroit, afin de garantir une production sans interruption. Un geste utile par-ci, un téléphone à l’opérateur du chariot élévateur des emballages par-là. «C’est ainsi que la production fait plaisir, quand ça bouge bien», estime un collaborateur sans détours. • 4) Un système d’étiquetage robotisé munit ensuite les bombes neutres d’un habillage coloré et informatif. MOTOREX MAGAZINE I AOÛT 2010 15

MOTOREX PORTRAIT

MOTOREX MAGAZINE

MOTOREX Magazine - Deutsch

MOTOREX Magazine - Français

MOTOREX Magazine - English

BROCHURES