Views
3 years ago

MOTOREX Magazine 2009 87 FR

  • Text
  • Motorex
  • Moteur
  • Produits
  • Boxer
  • Aspen
  • Ainsi
  • Stryker
  • Moteurs
  • Plusieurs
  • Coupe
MOTOREX Magazine 2009 87 FR

R e p o r t a g e Sur le

R e p o r t a g e Sur le lac, hérons cendrés et mouettes sont de fidèles compagnons. Avec çà et là pour eux, les poissons invendables en guise de récompense. Déjà trois générations de pêcheur sur le lac de Neuchâtel, les hommes de la famille Junod, à savoir André le grandpère de 87 ans, Denis le père et son fils Olivier. Ils ont tous en commun l’amour de la nature. Pêcheur professionnel dans l’âme 10 Le dispositif de retrait à commande hydraulique permet de hisser économiquement hors de l’eau des filets de quelque 100 mètres de long sur 4 mètres de haut. Un matin vers 6 heures dans la cabane de pêcheurs de la Place des Pêcheurs à Auvernier, au bord du lac de Neuchâtel: Denis Junod s’apprête à aller relever les filets qu’il a posés la veille à des profondeurs de quelque 40 mètres, aux yeux du profane selon le principe du hasard. «Le lac de Neuchâtel a une superficie d’environ 200 km 2 et peut atteindre des profondeurs de 150 mètres», précise le pêcheur d’un ton quelque peu mystérieux. Il faut dire que les mystères sont le propre de tout pêcheur, tout comme ses filets et ses épuisettes. Chacun est censé savoir où se tiennent les perches, féras, brochets, ombles, truites, silures et autres. Monsieur Junod se dirige sciemment sur les bouées des filets. Pêcheur professionnel, chasseur et collectionneur Denis Junod est pêcheur professionnel depuis 37 ans. Il raconte que son père André, ancien horloger, s’est mis à exercer cette activité à sa retraite en tant qu’«amateur professionnel» et qu’il l’a motivé, lui, à devenir pêcheur professionnel. A ce jour, il n’a jamais regretté cette décision. D’autant que faire face à toutes ses obligations grâce au fruit de son travail est déjà un succès en soi... La vie d’un pêcheur professionnel est à l’image des vagues, «un mouvement perpétuel vers le haut, puis vers le bas.» Sortir sur le lac porte volontiers à philosopher et à penser. On voit bien que l’homme de 57 ans est tout sauf une eau calme, remuant et suivant ses instincts naturels, chasseur et collectionneur de tous les instants. Selon la saison et après la pêche, il n’est pas rare de le rencontrer dans l’une ou l’autre des nombreuses forêts neuchâteloises, la cueillette de champignons comptant également parmi ses activités favorites. Durant la saison des morilles, aucune averse ne saurait l’empêcher de s’évader. Des auxiliaires techniques bienvenus Non, inutile de chercher la haute technologie à bord du bateau. Le moteur de horsbord de 80 chevaux est très puissant mais tourne pratiquement sans bruit. Les vidanges et autres petits travaux sur le moteur d’à peine quatre ans sont effectués en régie propre avec des produits MARINE LINE de MOTOREX. Avec son fils Olivier, qui a une formation de serrurier et exerce aussi aujourd’hui la profession de pêcheur, ils se sont tous deux construit un treuil à commande hydraulique pour le retrait des filets. Un petit moteur 4T stationnaire monté à bord entraîne une pompe hydraulique qui fait à son tour tourner le treuil hydrostatiquement. «C’est sympa, cette idée», déclare le père, non sans fierté face à la réalisation de son fils. Ce moteur utilise le carburant ASPEN 4T particulièrement écologique et peu polluant de MOTOREX. Lors du retrait des filets, le bateau est à l’arrêt et les gaz d’échappement se répandent dans l’environnement du pêcheur. Une opportunité d’utilisation était dès lors toute trouvée pour ASPEN, l’ensemble des moteurs de hors-bord étant aussi compatible. L’automne, saison reine Pour les pêcheurs professionnels, la haute saison s’étend sur les mois de juin à octobre. Cette période est dictée par la chaîne alimentaire du fait que, sans insectes, alevins, plantes, etc., la population de poissons ne croît pas. Durant la saison froide, les poissons séjournent plutôt au bord des rives, de façon à tirer plus tard leur nourriture des bas-fonds du lac. Ce dernier abrite plus de 30 espèces différentes de poissons. Le pêcheur nous explique qu’en avril, il retire des filets pratiquement vides, juste à peine 5 à 10 kg de poisson par jour. En haute saison par contre, il parvient à peine à recueillir à pleines mains les poissons dont regorgent les filets. Inutile de préciser que le travail s’effectue sans porter de gants. «Respecter la nature» – fort de cet adage, le pêcheur mise sur l’essence écologique MOTOREX-ASPEN. 11

MOTOREX PORTRAIT

MOTOREX MAGAZINE

MOTOREX Magazine - Deutsch

MOTOREX Magazine - Français

MOTOREX Magazine - English

BROCHURES